RC 4

Une rentrée 2011 en force pour notre quatrième podcast venu de Nantes. Darabi, de l’écurie Get The Curse, propose un set puissant, hyptonique et sombre teinté d’espoir. Nous aurons le plaisir de les accueillir le 21 janvier 2011 au Zoo de Genève pour la première fois accompagné de Clément Meyer, Mikhail et Born Bjorg de Genève.

RC4 – Darabi – Rhythm Cycles (11.01.11) by Rhythm Cycles

Hello guys ! Tout d’abord, expliquez nous un peu votre trajectoire. Comment avez-vous rencontré l’équipe Get The Curse ? Amour dès le premier regard ou longue phase d’observation ? Comment s’est passé votre arrivée au sein du label et avant ça, l’arrivée de votre mix sur le site ?

En fait on s’est rencontré à l’Ubu (mythique club breton) dans le cadre d’une soirée qu’on organisait à Rennes. Le plateau c’était Aeroplane, Nil, Clement Meyer & Mikhail. Ambiance particulière ce soir là : public chanmé, super feeling entre les artistes, etc… Bref on est restés en contact par la suite et devenu potes. Quand Clément nous a touché un mot sur son ambition de monter Get The Curse Music, on s’est vite retrouvés à lui proposer des choses. C’est assez rare de croiser des gens avec lesquels on partage la même vision de la bonne musique, donc au final tout ça s’est développé super naturellement.

Maintenant que nous en savons un peu plus sur votre parcours en tant que DJ, parlons un peu de votre trajectoire personnelle. Etes-vous deux grands amis qui ont un jour décidé de faire de la musique ensemble, ou vous êtes-vous rencontrés grâce à votre passion commune pour la musique ?

Ca doit faire environ 4-5 ans qu’on est super potes. La trame de fond de notre rencontre, c’est un trajet Paris – Berlin en train. En 14h de voyages, tu as largement le temps d’échanger des blagues, parler ciné, musique, etc.. Puis on habitait tous les deux Rennes à ce moment là. On avait aussi un entourage commun, notamment David Coquelin (Delkographik Studio) le graphiste/plasticien qui réalise tous nos visuels. Faire de la musique ensemble, c’est venu bien après.

Vous venez de Nantes, ville assez peu réputée pour son activité nocturne. Y-a-t’il malgré tout des endroits sympa ou sortir, des Dj’s intéressants à découvrir (mis à part vous, bien entendu) ? Faut-il forcément aller sur Paris pour s’amuser (en tant que consommateur) et pour faire des dates intéressantes (en tant que DJ) ?

Nantes on y habite depuis pas hyper longtemps. En étant honnête on vas pas être les personnes les plus avisées pour te rendre compte de la vie nocturne locale. Néanmoins depuis décembre 2010, on a une résidence mensuel au BPM : petit club cool dans le centre-ville nantais où des écarts dans la sélection de disques seront davantage permis. Si l’envie nous prend de jouer un  »7 de surf rock, on hésite pas vraiment.

On peu dire que vous évoluez vraiment dans un style qui vous est propre, une techno crue, drugy et acidulée légèrement teintée de house (ce qui lui confère, du reste, ce côté aguicheur). Qu’écoutiez-vous avant, qu’écoutez-vous actuellement et dans le tas, qu’est ce qui vous a le plus influencé pour en arriver à ce résultat aujourd’hui ? Faisons une nouvelle fois un petit saut dans le passé. Y a t’il d’autres musiques qui vous ont marqué à part la techno / house et toutes leurs dérivées, des styles que vous auriez peut-être écouté avant de vous mettre à la musique électronique ? J’ai entendu parler de votre amour pour le Hip-Hop, la Disco ou encore le Krautrock, pourriez-vous nous en dire plus ?

Allez… allons pour la petite phrase cliché du DJ imbuvable : « on a toujours aimé la musique dans sa globalité, dicté par la curiosité et sans jamais se fixer de barrières de styles ». Bon sans déconner, parmis les artistes/genres qui nous inspirent directement on citera : Cristian Vogel, DJ Harvey, Daniel Bell, Carlos Péron, Optimo, Mathématiques Modernes et la scène synth pop 80′s française dans sa globalité.

Chez Rhythm Cycles on aime enquêter sur le gear des artistes, fouiner, savoir quels sont les armes de destruction massive qui trônent dans leur studio. Que peut-on trouver dans le vôtre ? Et (si vous fonctionnez principalement en digital) avez vous des plug-ins favoris, un programme de prédilection (Ableton, Logic etc…) ? Lors que vous mixez en live, êtes-vous plutôt adeptes des nouveaux systèmes (ordinateur relié à un Serato, par exemple), de l’entre deux (CD’s) ou restez-vous fan de la bonne vieille méthode old-school (vinyle) ?

C’est malheureux, mais pour l’instant on fonctionne essentiellement avec des software. On a plutôt tendance à choisir des émulations de synthés mythique fin 70′s – début 80′s. Mais notre volonté absolue ça serait quand même d’avoir plein de claviers analogiques à la maison. Sinon, on enregistre régulièrement des lignes de guitares ou basses, en revanche on est plutôt bien équipé à ce niveau là. Concernant nos dj-sets, c’est un setup classique : 2 platines vinyles, 2 platines cds.

Question bateau mais cruciale : Comment fonctionne votre processus créatif ? Avez-vous l’habitude de vous asseoir les deux devant l’écran et de tout faire ensemble ? Niveau Dj set, avez-vous l’habitude de mixer toujours en back to back ?

Y’a pas vraiment de règle, chaque track a un peu son histoire, son propre processus de création. Parfois on fait tout du début à la fin ensemble, parfois c’est l’esquisse de l’un qui est ensuite reprise par l’autre, etc… Bref, pas de règles quoi. Et niveau DJ set, ouais on mixe quasi toujours en back to back.

Vous allez bientôt jouer pour la première fois (il me semble) en Suisse. Qu’attendez-vous de cette soirée ? Connaissez-vous un peu la scène suisse et plus particulièrement la scène romande ? Si oui, qu’en pensez-vous ? Avez-vous des artistes de chez nous que vous suivez plus en particulier ? Avez-vous déjà entendu parler du Zoo, la salle dans laquelle vous allez vous produire ?

En effet c’est la première fois qu’on vient jouer à Genève, et c’est très excitant. Leo Le Loup nous en a dit le plus grand bien, donc on a très hâte. La scène suisse bien sur qu’on la connaît à travers des artistes comme Water Lily, Crowdpleaser et par extension tout le label Mental Groove qu’on a pu écouter à un certain moment. Après dans un registre totalement opposé, y’a quelques années les tapes du Genevan Heaten nous faisaient bien kiffer. Parce qu’il se trouve que nous aussi on aime Art of Noise et Laura Branigan.

Dernière question (comme d’habitude, question composée) avant de vous souhaiter un bon mix lors de votre prochaine venue en terre genevoise. Quels sont vos projets pour la suite ? Un nouveaux maxi en prévision sur GTC ? Avez-vous été également contactés par d’autres labels ? Niveau des soirées, avez-vous une résidence en tant que DJ’s de prévue ?

On prépare actuellement un nouveau maxi pour Get The Curse Music, qui verra le jour on l’espère au printemps 2011. Notre Truckin EP sort le 24 Janvier sur Clouded Vision (le label digital de notre ami Matt Walsh) avec des remixes incroyables de Krikor, The Love Supreme, Bozzwell. Et comme mentionné tout-à-l’heure, on a une résidence mensuelle au BPM à Nantes.

Share:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • Tumblr
  • del.icio.us
  • email
Cette entrée a été publiée dans Podcast. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.